Immeubles modernes
Conseils

Retour de l’inflation : les taux des prêts immobiliers en hausse ?

Tandis que les signes de reprise et de hausses de prix se multiplient, les propriétaires et les investisseurs s’interrogent sur les conséquences d’une telle évolution. Qu’en est-il de la valeur des actifs ? Du niveau des loyers ? De la fiscalité ? Quid des taux de crédit immobiliers ?

Un aperçu du paysage économique en France.

Depuis quelques mois, on remarque le retour de la hausse des prix avec une inflation progressive et constante.
Si les États-Unis affichent déjà une inflation de 6 % et la zone euro, un taux à 4,9 % en moyenne, la France serait à peu près à 2,6 % (octobre 2021) selon l’INSEE.

Et alors que l’inflation a souvent été considérée comme une alliée de poids de l’immobilier dans un cadre de crédit immobilier à taux fixe — les mensualités étaient plus faciles à rembourser — la question se pose si c’est toujours le cas.

En 2021, le PIB devrait progresser de plus de 5 % en moyenne annuelle avant de retrouver une certaine stabilité à 4 % en 2022 et 2 % en 2023.
Mais l’inflation qui devrait terminer sa course fin 2021 à 1,5 % (contre 0,50 % en 2020) et se maintenir à 1,2 % en 2023 change la donne. L’accélération des compagnes de vaccination, les pertes limitées de production liées à la crise sanitaire et une progression modérée des salaires avec une forte hausse de la consommation viennent bouleverser le paysage immobilier.

Une hausse des taux de crédit immobilier ?

Aujourd’hui, selon une récente enquête de l’INSEE, les actifs immobiliers en France représentent plus de la moitié (54 %) du patrimoine de la population.
Quand l’inflation pointe le bout de son nez, les effets sur l’immobilier sont généralement conséquents. Entre hausse des loyers et des coûts du crédit immobilier, le phénomène entraine inexorablement un changement dans l’évolution des prix des biens immobiliers.

Dans un tel contexte, les banques gardent toujours un œil du côté de l’inflation.
Afin de ne pas se laisser dépasser, elles relèvent habituellement leur taux directeur dont le taux de refinancement qui sert de référent par les banques pour emprunter auprès des banques centrales. Si ce taux grimpe, le coût pour les banques augmente également. Elles doivent alors répercuter cette hausse sur les taux de crédits immobiliers.

Avec le retour de l’inflation, les taux d’intérêt à long terme dans l’immobilier pourraient être impactés, de l’ordre de 0,2 à 0,5 point.
Les taux de crédit immobiliers courts devraient se stabiliser pendant quelques mois. Ainsi, les projets immobiliers pourront toujours être fiancés avec des taux avantageux en 2022.
C’est aussi le besoin de favoriser l’activité commerciale qui oblige les banques à maintenir des taux peu chers, tout du moins jusqu’à la fin de l’été 2022.
Ensuite, à compter de la rentrée de septembre, les taux des prêts immobiliers ne devraient pas dépasser 1,5 %, ce qui représente un surcoût entre 8 000 € et 12 000 € pour un crédit de 250 000 €.
Concrètement, cela représente une diminution de surface habitable de 2 à 3 m².
Après l’été 2022 donc, si l’inflation venait à prendre du poids, tirée par la hausse continuelle du pétrole, les banquiers pourront alors remonter leur taux.

Vous avez un projet d’investissement en immobilier, calculez en amont le rendement locatif de votre investissement.
Brik vous accompagne dans toutes phases de votre d’investissement : information, gestion et accès à la market place.

You Might Also Like...

Pas de commentaire

    LAISSER UN COMMENTAIRE