Non classé

Les frais en immobilier

Dans le cadre d’une vente immobilière, le prix de vente n’est pas uniquement le frais imputé à l’acquéreur. D’autres frais, dont les frais de notaires, sont notamment à prendre en compte dans le calcul.

Voici les différents frais en immobilier.

Les frais de notaire

Ce type de frais désigne la somme à payer par l’acheteur en plus du prix de l’achat du bien.
Ces frais, aussi appelés frais d’acquisition, sont essentiellement constitués d’impôts payés à l’État.
Réglés par l’acquéreur, ils ne reviennent ni au notaire ni au vendeur.

Les frais de notaire se calculent comme suit :

  • Prix d’achat d’un bien ancien + 8 % de celui-ci :
  • Prix d’achat d’un bien neuf + 3 % de celui-ci.

Les frais d’enregistrement

Les droits d’enregistrement comprennent les impôts et les taxes.
Ils sont directement liés à l’achat du bien et sont versés au trésor Public. Selon la situation, ces frais reviennent soit à l’État soit aux collectivités locales.
Le calcul de ces frais d’enregistrement varie selon le lieu géographique du bien.

Les frais et débours

Ce sont les sommes acquittées par le notaire pour le compte du client.
Ces frais et débours rémunèrent les divers intervenants qui sont en charge de produire les documents nécessaires à l’acte de vente : inscription des garanties hypothécaires, documentation d’urbanisme, conservation des hypothèques, extrait du cadastre, syndic, géomètre expert, etc.

Les frais de crédit

Dans plus de 9 cas sur 10, l’acquéreur a recours à un crédit immobilier.
La souscription à ce prêt engage l’acheteur à :

  • Rembourser le montant emprunté par mensualités ;
  • Payer les intérêts de l’emprunt ;
  • Paye l’assurance du prêt : il est toutefois possible de négocier ces frais ainsi que les conditions ou même de résilier l’assurance de prêt ;
  • Payer la garantie de crédit ;
  • Payer les éventuels frais de dossier bancaires : environ 1 % du montant du prêt pour toute la gestion du dossier client.

Ces frais de crédit sont directement liés au prêt lui-même : assurance, frais de dossier, coût des garanties.

Voici un article complémentaire pour vous aider à convaincre les banques de plus en plus sélectives.

Autres frais après l’achat immobilier

En achetant un bien immobilier, il est indispensable de prendre en compte que les frais ne s’arrêtent pas. En effet, surtout en cas d’un bien ancien qui nécessite une rénovation, des travaux sont souvent à prévoir.
Cela peut être des petits travaux d’aménagement comme la peinture, le changement du revêtement de sol ou du gros œuvre comme abattre une cloison, aménager des combles, etc.
Il faut prendre en compte les frais de déménagement si votre entreprise ne prend votre déménagement en charge, sans oublier les frais d’aménagement.
Devenir propriétaire, c’est aussi s’acquitter des impôts et taxes comme la taxe foncière dont les montants varient selon la localisation du bien et la composition de votre foyer ou encore de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Dans les frais immobiliers, il y a un coût supplémentaire à ne pas oublier, surtout si vous achetez un bien par l’intermédiaire d’un professionnel comme un agent immobilier.
Ces frais d’agence représentent une somme non négligeable qui va gonfler la note totale entre 1 et 7 % du prix de vente en fonction des prestations fournies.


La crise sanitaire liée à la Covid19 n’a pas entamé l’engouement des Français pour la pierre puisque le nombre de transactions immobilières devrait atteindre les 1,2 million fin 2021, soit un niveau jamais atteint jusque-là.

L’immobilier demeure une valeur refuge pour beaucoup d’acquéreurs et d’investisseurs, dopée par des taux d’emprunt relativement bas. Cependant, prendre en compte tous les indicateurs et les frais immobiliers assure une acquisition sereine.

Vous prévoyez un investissement immobilier, voici un article qui peut vous intéresser pour savoir comment calculer en amont le rendement de son investissement locatif.

Pas de commentaire

    LAISSER UN COMMENTAIRE